Procès-verbal pour discrimination syndicale à l’encontre de la société LES PETITES et de ses dirigeants

Sur le fondement d’infractions visées aux articles 225-1 et 225-2 du code pénal, l’inspection du travail a relevé à l’encontre de la société LES PETITES en tant que personne morale, ainsi qu’à l’encontre de la présidente de la société LES PETITES, du directeur général et du responsable des ressources humaines en tant que personnes physiques, un procès-verbal pour discrimination à raison des activités syndicales.

Ce procès-verbal a été enregistré au parquet du tribunal de grande instance de Paris. L’Union syndicale CGT du Commerce et des Services de Paris et moi-même nous sommes constituées partie civile.

La section syndicale CGT LES PETITES rappelle que la loi garantit à tous les salariés la faculté de s’organiser au sein de l’entreprise dans le syndicat de leur choix. C’est un droit fondamental qui n’est pas respecté chez LES PETITES.

Pire, depuis plusieurs années la direction LES PETITES n’a de cesse de combattre toute expression revendicative dans l’entreprise, refusant par ailleurs tout dialogue et ne tolérant aucune contestation de leurs méthodes de gestion, avec les conséquences que l’on sait en termes de conditions de travail, d’arrêts maladie, de licenciements et de démissions (lire Entre 2010 et 2013 la section syndicale CGT LES PETITES aura accompagné 30 salariés à l’entretien préalable au licenciement).

C’est pourquoi il est urgent que la direction LES PETITES mesure les risques pour elle à perdurer dans ce genre de comportement inadmissible.

This entry was posted in Justice, NEWS and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>