Lundi 10 juin : nous venons seulement d’être payées, 34 jours après notre dernier salaire

Depuis le paiement de notre dernier salaire le 7 mai, 34 jours se sont écoulés. En février, s’étaient 36 jours. C’est la deuxième fois en 5 mois que nous sommes payées avec retard.

Cette situation, qui aggrave encore le problème des salariés en CDD (voir l’article CDD chez LES PETITES : toujours plus de cynisme et de précarité), est inacceptable.

Si la loi ne fixe pas une date précise pour la paiement des salaires, cette obligation de paiement reste très encadrée en raison notamment du caractère alimentaire de la rémunération.

Il est d’usage de payer les salaires à intervalle régulier entre le 25 du mois et le 5 du mois suivant. Non seulement la direction ne respecte pas cet usage mais elle a décidé, sans aucune concertation, de nous payer aléatoirement entre le 6 et le 10 (cf. note d’information de la direction du 26 décembre 2012).

C’est ainsi que tous les mois, elle nous met en difficulté car nous ne savons jamais quand nous allons être payées : le 3 en janvier, le 8 en février, le 6 en mars, le 5 en avril, le 7 en mai et le 10 en juin !

Or contrairement à ce que prétend la présidente de la société Les Petites dans sa note, l’employeur a une double obligation à notre égard : il doit respecter la périodicité du versement des salaires et il ne peut pas laisser s’écouler plus de 30 jours entre le paiement de deux salaires.

Le versement tardif constitue une faute de l’employeur. Il peut justifier que le salarié prenne acte de la rupture de son contrat de travail (par lettre recommandée avec AR) avec effet immédiat, sans préavis et aux torts de l’employeur.

En cas de saisie du Tribunal des Prud’hommes, les juges peuvent décider non seulement que cette prise d’acte s’analyse en un licenciement sans cause réelle et sérieuse, mais aussi que la régularisation du paiement du salaire avant même l’audience de conciliation est sans incidence et ne « rattrape » pas la faute initiale.

L’employeur peut se voir condamner au règlement du préavis, de l’indemnité de licenciement et d’une indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse. De plus, le salarié pourra obtenir des dommages-intérêts si le non-versement de son salaire lui a causé un préjudice spécifique (incapacité à rembourser un crédit, frais bancaires…)

Ces derniers mois nous avons été nombreux en boutiques à réclamer le paiement régulier de nos salaires dans un délai raisonnable et sans retard.

Beaucoup d’entre nous doivent faire face dès le début du mois à des dépenses importantes : loyers (et nous n’avons pas tous des propriétaires arrangeants), titres de transports, essence, alimentation, etc… c’est pourquoi il est totalement inadmissible que nous soyons payées entre le 6 et le 10 du mois suivant et que plus d’un mois s’écoule entre le paiement de nos salaires.

Tout cela montre encore une fois le manque d’écoute et le peu de considération que la direction accorde à ses salariés.

C’est ensemble que nous obligerons la direction Les Petites a respecter nos droits. Le droit du travail sera appliqué au sein de la société Les Petites. Unissons-nous ! un syndicat c’est fait pour ça.

This entry was posted in Salaires et NAO and tagged , . Bookmark the permalink.

One Response to Lundi 10 juin : nous venons seulement d’être payées, 34 jours après notre dernier salaire

  1. Marie says:

    J’ajouterais que les contrats CDD sont payés par chèque, et non par virement, les RIB étant refusés par le siège pour nous. De ce fait, après ce décalage de réception du paiement, il faudra attendre 2 à 5 jours supplémentaires le temps que le paiement soit encaissé. Résultat : la paie au 15 du mois, ce que je trouve déplorable, quand on sait que les CDD sont des contrats précaires, derrière lesquels se cachent souvent des étudiants ne pouvant se passer de leur salaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>